http://dialyse.asso.fr/editorial_clip_image003.jpg                         CHRONIQUE ATD
                        Un technicien de dialyse en mission humanitaire pour créer un centre de dialyse

On me sollicite régulièrement pour créer un centre de dialyse en AFRIQUE, en ASIE et en AMERIQUE DU SUD. Je dis pourquoi pas mais ….
Vous imaginez bien que c’est loin d’être évident et c’est là que la difficulté commence car il faut expliquer toute la problématique d’un centre de dialyse.

Et le pire, c’est que les gens croient que le plus dur est fait quand ils ont les générateurs de dialyse. Je leur parle en premier lieu du traitement d’eau, de
boucle, de désinfection, d’analyse d’eau et c’est là que « je commence à les perdre ».
Vous avez vu, je n’ai pas encore parlé d’argent car même si le matériel est gratuit, il faut payer le container, la boucle, les
déplacements des techniciens et infirmières …

                                                           Osmoseur vendu par le KENYA mais fabriqué en INDE, prévu
                                                           pour 10 postes, je n’ai pas pu le tester mais j’ai des doutes !

J’ai des projets qui sont en attente depuis longtemps car ces personnes de bonnes intentions réalisent le travail à accomplir. Et le plus compliqué, c’est sur le terrain.
Voici quelques anecdotes :

  1. Un château d’eau qui est plus un château de cartes tellement il faut se reprendre à plusieurs fois pour le rendre 100 % utilisable.
  2. Et oui, l’eau comme vous le savez est difficile à trouver dans les villages reculés mis aussi difficile à produire régulièrement dans les grandes villes.
  3. Un toit manquant sur notre château d’eau et c’est une eau à plus de 30° et là, soucis pour nos analyses d’eau ou le fonctionnement de nos générateurs.

Poste à souder

  1. On a beau tout prévoir, il nous manque toujours quelque chose pour le traitement d’eau : un raccord union, un bout de tuyau, un flexible…
  2. Et c’est là que le « Mike Giver » que l’on a tous entre en jeu. Bon, on est tous plus ou moins doué mais il faut surtout compter sur les gens
  3. sur place car ils sont meilleurs que nous. Les plombiers sont champions pour réchauffer un tuyau PVC pour le décoller et faire une modification :
  4. j’ai moi-même essayé, résultat, le tuyau PVC est devenue tout mou.
  5. Pour tout ce qui est de la fixation au mur, pas de perceuse, tout au marteau et pointeau.
  6. Un groupe électrogène qu’il faut mettre en cage, de peur d’un vol. Et oui, le réseau électrique n’est pas suffisant et parfois on a des coupures
  7. électriques. Pas besoin de faire des essais de groupe, le groupe se met au moins 3 fois par semaine en fonctionnement.

Un peu de pub pour notre profession, selon moi une des personnes importantes dans un centre d’hémodialyse est le technicien de dialyse, il a en effet
à son actif de multiples facettes qui prend toute son importance au Cameroun.

Je ne vous dis pas ma joie lorsque je rencontre un nos confrères dans ces pays mais parfois, il n’a que le titre car on voit bien que ce n’est pas un technicien

mais « une personne qui a été pistonnée ». Je ne le critique pas car il fait de son mieux mais là-bas, il faut réinventer son métier tous les jours, enfin être

débrouillard pour maintenir ces générateurs avec presque rien.
                                                                                                 Jean Pierre Garcia Perez